Les tribulations de la Française des jeux

Hébergement - Edition Dataxy 2004-2015

 

Présentation

Revue de presse: censure, manipulation, incitation des jeux aux mineurs, hasard hasardeux, bug informatique

Revue de presse: censure, manipulation, incitation des jeux aux mineurs, hasard hasardeux, bug informatique

 
 
 
 

Restez informé !


 

Les tribulations de la Française des jeux

Accueil
Sommaire Accueil

Les enfants, coeur de cible de la FDJ

 

La Fdj, sponsor des pauvres et de leurs enfants

Sponsoring 82 Montauban - Fdj - La Croix-Rouge

un dictionnaire offert en forme de symbole  (des chiffres et des lettres...)

A l'occasion de la distribution de Noël, une opération novatrice a été réalisée par la délégation de la Croix rouge de Montauban sous le parrainage financier de « La Française des jeux ».

"...Dans le cadre de l'opération « Tous en fête », 2 000 € ont été offerts par l'organisme spécialisé dans les jeux de hasard à Alain Massot et à son équipe. Une somme qui a permis d'acquérir 100 dictionnaires Hachette juniors et des chocolats destinés aux enfants des attributaires ayant un peu de mal à maîtriser la langue française..."  source la depeche 25/12/09

Sponsoring 56 Josselin- Rohan
" ...A travers la générosité d'un de ses détaillants, La Française des Jeux a participé à un goûter de Noël organisé par la Croix-Rouge française à Josselin (Morbihan) dans le cadre de l'opération "Tous en Fête!". Cet événement festif a réuni des familles et des personnes isolées pour une après-midi de convivialité !

La délégation de Josselin-Rohan est l'une des quatre en France à avoir mis sur pieds une manifestation dans un point de vente de La Française des Jeux.

le Père Noël n'a pas tardé à faire son apparition, avec de nombreux jouets dans sa hotte ! Après tirage au sort, les enfants ont pu choisir leur cadeau à tour de rôle.
La distribution des cadeaux a laissé la place à d'autres chants, des histoires, bref, une a-midi magique pour tous les participants !...."

Cette opération, qui bénéficie en 2009 d'un don de 350 000 euros de la part de la Française des Jeux, permettra d'accueillir plus de 70 000 personnes isolées, âgées ou en difficulté, dans le cadre de goûters, d'arbres de Noël ou de sorties culturelles. Source fdj



Des cadeaux pour les enfants: un porte clé Grator pour initier le grattage aux enfants impubères ? un vrai faux millionaire et sa roue?  ou un ticket gratuit pour 1 acheté comme sur la tournée des plages de la fdj.
MERCI PERE NOEL, MERCI FDJ !

 

Tournée des plages de la Française des jeux, apprentissage des jeux de grattage

 

Tournée 2009 - Nrj12 - Fdj Les jeux sont ouverts ! Grattez et gagnez... On joue comme on aime GRATOR, l'instrument indispensable !

Tournée 2009 - Nrj12 - Fdj
Tournée 2009 - Nrj12 - Fdj 

Tournée des plages de la Française Des Jeux

Les enfants, coeur de cible de la Fdj

Je gratte,
Tu grattes,
Nous grattons

Grattez pour gagner des cadeaux !
Vous pouvez cumuler vos cadeaux !

- porte clé mini-lampe

- Porte clé  grator

Merci FDJ !

 

L'ouverture des jeux en ligne et les perspectives de développement pour les bars-tabacs-presse

 

Quel avenir pour les bars-tabacs-presse ? C'est le sujet sur lequel s'est penché le cabinet de conseil en stratégie et management Oliver Wyman.
Pour le cabinet, la France dispose d'un réseau d'indépendants dense portés par leurs produits de prédilection. A savoir les produits phares : boissons consommées sur place, tabac, presse, jeux (PMU, Française des Jeux) et produits annexes : confiserie, produits postaux, téléphonie mobile, timbres et amendes fiscaux.  Le pays compte en effet près de 63 000 points de vente de proximité répartis entre bars, presse, tabac et supérettes source et suite  ....

A voir aussi les billets sur ce blog :
- Les buralistes en colère contre la Française des jeux
- Les buralistes se rebellent

 

Recours collectif intenté contre la Française des jeux

 

 

C'est dans un esprit contestataire légitime qu'il convient d'interpréter le recours collectif intenté par d'ex-joueurs compulsifs ruinés. Le groupe demandeur, rappelons-le, est composé de toute personne qui est devenue un joueur pathologique en utilisant les appareils de loterie Rapido de la Française des jeux.

Signalons d'abord que devant les tribunaux, la Fdj ne s'est pas montrée très coopérative envers les plaignants puisque leurs avocats ont dû faire appel aux services de l'état pour avoir accès à certaines informations que la Française des jeux cachait.

Et d'une certaine façon, dans ce dossier, la Française des jeux a déjà reconnu sa culpabilité, ne serait-ce qu'en acquiesçant  aux demandes de réduction d'implantation et de publicité des machines rapido dans les des bars, et brasseries et autres lieux publics.

À la suite de nombreux suicides de joueurs, de nombreuses associations et spécialistes médicaux avaient exprimé de sérieuses inquiétudes quant à la dépendance que créent ces machines Rapido.
Bien que le nombre d'établissements qui en possèdent a été réduit, il reste encore plusieurs dizaines de milliers d'implntations à la portée des joueurs un peu partout à travers le pays.

Adultes responsables

Mais, objecteront plusieurs, le joueur n'est-il pas un être adulte et responsable? Pourquoi alors toujours critiquer la Fdj?
Et pourquoi l'État devrait-il payer pour quelqu'un qui n'a pas su contenir intelligemment sa passion du jeu?
Dans un système libéral comme le nôtre, chacun n'est-il pas responsable de ses gestes? Alors, pourquoi l'État devrait-il payer pour une défaillance individuelle?

La question réelle posée est donc de savoir ici si le jeu n'est qu'un symptôme d'un problème plus profond chez l'individu, ou si l'offre de jeu est elle-même, en tant que telle, la cause du problème.
Or, il est clairement établi aujourd'hui que cette maladie se développe proportionnellement à l'offre et à la disponibilité du jeu sur un territoire donné. Mais, il semblerait également que, compte tenu d'antécédents personnels, il existerait chez certains individus une prédisposition plus grande au jeu.

Toutefois, et c'est là le principal problème, tant que la maladie ne s'est pas manifestée, on ne peut pas, compte tenu de l'état actuel des recherches, détecter à l'avance dans la population qui sont vraiment les individus à risque. Faut-il alors attendre que la maladie se manifeste pour agir?
Ne vaut-il pas mieux mettre toutes les chances de notre côté et enrayer d'abord une offre de jeu trop grande, et cela, peu importe de savoir d'abord si le jeu est un symptôme ou une cause?

Concernent des problèmes liés aux appareils de loterie vidéo, dont l'essentiel des revenus proviennent exclusivement des joueurs pathologiques. Ces appareils représentent  une grande partie des profits de la Fdj.
Ces machines sont conçues spécifiquement pour garder le joueur accroché le plus longtemps possible. Au bout de quelques heures accroché à une de ces machines, l'utilisateur deviendra automatiquement joueur compulsif.

Finalement, je pense que tout ici est une question d'équilibre: d'un côté, nous avons la Fdj avec un budget gigantesque qui lui permet de contrôler à sa guise le consommateur joueur, et de l'autre nous avons le simple citoyen qui voit défiler à coeur de journée toute cette publicité racoleuse et répétitive où on lui fait miroiter des sommes mirobolantes à gagner.

À la suite de cela, on voudrait que le citoyen agisse en adulte alors qu'on a tout fait pour l'infantiliser et le rendre gaga, accroché à des images de gains faciles. Autrement dit, alors que la Fdj fait tout pour déresponsabiliser le citoyen, on voudrait ensuite qu'il soit responsable et qu'il se prenne en mains.

Normalement, dans un régime de libre marché comme le nôtre, le rôle de l'État n'est pas d'abrutir le citoyen, mais, au contraire, de le protéger contre certains excès d'entreprises privées peu scrupuleuses qui ne pensent qu'au profit.

L'État a de plus comme rôle de prémunir le citoyen contre certaines habitudes nocives, que ce soient celles du jeu, de l'alcool ou de la drogue.
Il doit également contrebalancer l'effet pervers de cette malheureuse déresponsabilisation du citoyen en l'informant le plus justement possible et en lui fournissant tous les outils intellectuels nécessaires, notamment par une éducation adéquate. 

Est-ce ce que fait la française des jeux ?

 

Lettre ouverte à Mr Woerth

 

 

«Une ouverture maitrisée»
C'est en ces termes que le ministre des Finances, Eric Woerth, a annoncé l'ouverture des jeux en ligne.

Désolé, Monsieur Woerth, mais c'est une mauvaise décision.

«protection des joueurs et lutte contre l'addiction», dites-vous? C'est justement là, le problème.
Tant et aussi longtemps que le jeu en ligne est le fait d'entreprises dont l'intégrité est douteuse, les gouvernements ont les mains libres pour le dénoncer, pour mettre leurs citoyens en garde et tenter d'en freiner le développement. Mais le jour où les gouvernements s'engagent dans cette activité, ils changent de camp. Croyez-vous sincèrement que la Fdj ou le Pmu  lancera des campagnes de pub pour dissuader les Français de se prêter à cette activité? Jamais de la vie! C'est l'inverse qui se produira. On appellera ça le «jeu responsable» et on en fera la promotion.

Certaines réactions à l'annonce du jeu en ligne donnent l'impression qu'on n'a pas le choix d'y adhérer parce que c'est une industrie en pleine expansion et que les profits iront ailleurs si on ne le fait pas.
C'est une équation boiteuse.
Si le gouvernement décide de s'accaparer toutes les activités illicites en expansion, pourquoi ne pas se lancer dans la pornographie en ligne? Il y a des gens qui paient pour ça! Pourquoi ne pas se lancer dans la vente de cocaine et la prostitution pour en sortir le crime organisé, offrir des services «intègres et sécuritaires» et en retirer les profits au lieu de laisser ça aux criminels?

Non, monsieur! Le jeu en ligne offre sans doute des revenus accrus au gouvernement, mais il comporte aussi des coûts sociaux énormes.

Le gouvernement plaide qu'il vaut mieux prendre le contrôle du jeu au lieu de laisser cette activité aux mains du crime organisé. Au fil des ans, la Ffj est devenue une machine à piastres de plus en plus gourmande. Il est d'ailleurs significatif que ce soit le ministre des Finances qui ait annoncé la décision d'aller de l'avant avec le jeu en ligne.

Aux prises avec des déficits structurels, le gouvernement est devenu un accro du jeu pour financer ses dépenses. Tout le monde, sauf les opérateurs, reconnaît que l'offre accrue du jeu augmente le nombre de joueurs compulsifs.

Si les Français n'ont plus les moyens de financer les services qu'ils se sont donnés au fil des ans, c'est collectivement qu'ils doivent corriger le tir, et non aux dépens des joueurs compulsifs.

Le gouvernement nous dit qu'il veut notre bien en se lançant dans le jeu en ligne,
que nenni !

 

Accueil
Sommaire Accueil